La Vie secrète des animaux – Peter Wohlleben

“Si j’aime à chercher des analogies entre les animaux et les hommes, c’est parce que je ne peux imaginer que leur ressenti soit fondamentalement différent du nôtre.”La Vie secrète des animaux

Une chienne qui adopte des marcassins orphelins, un coq qui invente des bobards pour attirer des poules, un faon qui attaque un chien pour le faire fuir, une biche qui cherche son faon mort, des chauves-souris qui nourrissent des congénères moins chanceuses dans leur quête de nourriture… autant de moments parmi tant d’autres de la vie des animaux que Peter Wohlleben nous présente dans son livre.

Peter Wohlleben, écrivain allemand, est ingénieur forestier de formation et connaît bien le monde dont il nous parle dans son livre. De par son expérience des  forêts, il peut  évoquer pour nous tout un peuple d’animaux et ainsi nous faire comprendre les émotions qui le traversent. Ces émotions qui nous sont si familières et que dans la lignée d’un cartésianisme aveugle, nous avons déniées aux animaux non humains.

Dans chacun des courts chapitres de ce livre – de 3 à 15 pages pour le plus long – l’auteur va chercher à nous montrer une émotion que nous avons reçue en partage avec les animaux. Dans un anthropomorphisme de bon aloi, il rapproche ce qui a longtemps passé pour inconciliable, les univers sensibles de l’homme et de l’animal. On lui a reproché cet anthropomorphisme, dans son précédent livre traduit en français, La Vie secrète des arbres, mais il s’en défend en expliquant que c’est pour tracer un pont entre deux mondes qui ont du mal à communiquer. Il nous est plus facile de comprendre le comportement des animaux si cela évoque quelque chose de similaire ou d’équivalent chez nous.

La vie secrète des pies

Les bêtes de la forêt comme celles qui vivent avec les hommes sont présentées à ces moments où s’expriment des émotions :  l’amour maternel, la spiritualité, la gratitude, le mensonge, le courage, la compassion, le deuil, la honte, l’altruisme, l’éducation… beaucoup de domaines de la vie  sont passés en revue. De petites histoires, souvent ténues, mènent à une réflexion plus large et s’appuient sur des connaissances scientifiques actuelles précises. Chacune de ces histoires crée un lien et montre ce que nous avons en commun avec toutes ces bêtes dont nous parle Peter Wohlleben. Aussi est-il parfois étonnant de voir l’auteur faire référence à la morale, sur le même plan. Peut-être aurait-il été intéressant qu’il explicite davantage ce qu’il entend en utilisant ce terme, pour ce qui est des animaux.

Ces bêtes vivent dans un univers dont la morale, telle que l’entendent les humains est absente. Un monde sauvage, brutal, où la mort est omniprésente, par les prédateurs, les humains, la famine… La somme de toutes les histoires rapportées par Peter Wohlleben porte ce sentiment de malaise : être vivant, c’est être en danger.

La vie secrète des écureuils

Enfin, même si cela est diffus, l’engagement de Peter Wohlleben en faveur du respect de la vie des animaux court tout au long de l’ouvrage. Il ne défend pas un végétarisme mais une attention à ce qui fait de chaque bête un être sensible, souffrant ou merveilleusement vivant.

“Ce que je souhaite, c’est plutôt que nous devenions un peu plus respectueux du monde animé qui nous entoure, qu’il s’agisse des animaux ou des végétaux. Cela ne signifie pas forcément renoncer à toute utilisation, mais accepter de limiter un peu notre confort, ainsi que notre consommation de biens biologiques.”

La Vie secrète des animaux de Peter Wohlleben, Editions Les Arènes, 20,90euros

Spread the love
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

6 thoughts on “La Vie secrète des animaux – Peter Wohlleben

  1. Je suis curieux de lire ce que l’auteur perçoit comme spiritualité ou compassion chez les animaux. Au moins avec cet article, je comprends la démarche de Peter Wohlleben.

    1. En effet, spiritualité et compassion sont deux aspects que l’auteur évoque dans son livre, même s’il ne donne pas une réflexion aboutie.

    1. Tu verras : l’auteur ne va pas à fond dans le véganisme mais interpelle néanmoins sur le sort fait aux animaux que nous côtoyons, pour le meilleur ou pour le pire.

  2. Ca donne vraiment envie de le lire.
    Il est pourtant si évident quand on est vraiment observateur de nos animaux d’y trouver des analogies affectives avec nos sentiments. Merci pour ce partage d’information littéraire !!! 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.