Aie confiance en ta jument

De tous les exercices équestres marquants et excitants que j’ai pu pratiquer, quelques uns se détachent, comme l’expérience de la chasse au renard en Irlande (sans renard, d’ailleurs !) ou  les séances appliquées où on essaie d’apprendre à demander une épaule en dedans. Mais il en est un que je n’ai jamais oublié tant il a été important pour ma relation avec les chevaux quand je suis sur leur dos comme à ma confiance en moi-même et ma capacité à lâcher prise.

 

J’ai pu pratiquer cet exercice, il y a longtemps, maintenant. Et il reste dans mon esprit associé à un cheval, un enseignant et à un lieu. Les trois ont disparu de ma vie,  mais ils restent formidablement présents par le souvenir.

 

Jument rouanneWinnie était une de ces gracieuses créatures, petite jument ou grande ponette, à la robe rouanne, toujours de bonne humeur, toujours enthousiaste, toujours indulgente pour les cavaliers maladroits. Une petite boule d’énergie qui était toujours partante pour aller en avant, sans la moindre malice. Le genre que les débutants n’aiment pas trop parce que trop vive, que les cavaliers confirmés ne recherchent pas parce que trop petite et sans énormes moyens dans une discipline ou une autre. Mais le genre que quelqu’un comme moi adore, pour cette franchise, cette bonne volonté et ce dynamisme sans failles.

 

La reprise commençait à 17h30, en ce début d’automne. Elle s’est déroulée très classiquement.  C’était une séance d’obstacle et avec Winnie, un pur bonheur, à se prendre pour une grande cavalière, tellement c’était facile. Le moment était beau, l’air était doux sur cette carrière en haut de la colline. Le soleil était descendu  sur l’horizon dans une explosion de lumières et les couleurs prenaient une teinte pastel. Quel dommage ! La nuit allait tomber et ce moment si bon à vivre allait prendre fin…

 

Et pourtant, Claude, l’enseignant, ne semblait pas en venir aux rituels de fin. Chacun à son tour, les cavaliers se sont présentés devant le petit enchaînement d’obstacles sur lequel nous travaillions depuis une dizaine de minutes. Puis trois d’entre eux ont dû écourter la reprise parce qu’ils devaient partir plus tôt. Nous sommes restés deux cavaliers sur la carrière, n’attendant rien de plus de la séance. Mais Claude a donné de nouveau ses consignes : “Tu tournes à main droite et tu abordes le petit droit tranquillement.” Je suis restée interloquée. Mais je n’y voyais presque plus rien !

 

“Tu peux le faire ! Donne des rênes, pose tes mains ! Laisse-la faire… Aie confiance en ta jument…” La nuit était tombée. Je n’y voyais plus rien. J’ai fait confiance. A mon enseignant. A ma jument. J’ai fait ce qu’il m’a dit. J’ai laissé Winnie prendre le contrôle. Je l’ai suivie. J’étais aveugle à ce qui m’entourait. Je n’entendais que le bruit des sabots étouffé par le sable de la carrière, le souffle régulier de Winnie. J’étais sur un tapis volant qui m’emportait dans la nuit. L’air était tiède. A peine une lueur sur l’horizon. Trois fois, quatre fois, Winnie est revenue sur l’obstacle. Cela semblait l’amuser beaucoup, cette course du crépuscule ! Et moi, j’étais simplement heureuse d’être ainsi emportée sans rien contrôler, par un petit génie des airs, généreux et bienveillant.

 

Cette séance d’équitation dans la nuit s’est reproduite trois fois cet automne-là. Avec chaque fois les mêmes ressentis et le même plaisir. J’avais fait confiance à ma jument et elle avait su faire éclore une merveilleuse assurance. Je n’avais pas à toujours tout diriger et même parfois, il vaut mieux laisser son cheval en charge.

 

Beaucoup de temps a passé depuis ces séances nocturnes. Chacun est parti de son côté.

Mais souvent, je me demande, où es-tu Winnie, qu’es-tu devenue…

 

 

Logo-Cavalcade-294x300

 

Cet article participe à la Cavalcade des blogs, créée par Gaëlle de   Cheval facile , organisée ce mois-ci par Aurélie du blog A dada mon Dadou. Vous trouverez tous les détails de cette mouture du mois de février dont le thème est “Votre exercice préféré en équitation” sur cette page.

 

Crépuscule
Crépuscule
Spread the love

2 thoughts on “Aie confiance en ta jument

  1. Génial, j’adore moi aussi monter à cheval de nuit ! Mes meilleurs souvenirs sont en randonnée type “aventuriers” où tu selles ton cheval à 4 heures du matin, dans le silence apaisant de la nuit. Les chevaux sont alors vraiment différents et le cavalier est obligé de lâcher prise ! Ce sont des souvenirs inoubliables ! Merci pour cet article 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.